Texte2 décembre 2020

Dans cet arsenal peu commun impunément nommé « Loi Sécurité globale », il en est jusqu’aux salles de cinéma qui sont concernées : comme dans tous les autres ERP, établissements recevant du public, l’article 25 donne l’entière liberté aux policiers de porter leurs armes, même en dehors de leur service, dans n’importe lequel de ces lieux. Comme le souligne Paris-luttes.info, cette possibilité était soumise, jusque-là, à l’autorité du gérant des lieux. Après avoir déjà piétiné la sanctuarisation historique des universités, en vigueur depuis le treizième siècle !, il faudrait maintenant se faire à l’idée d’assister à une séance de cinéma en présence d’armes mortelles. Fort du travail que nous avons engagé l’année dernière sur les personnes tuées par cette même Police, cette nouvelle possibilité est bien peu rassurante.

Suite ≻

Citation7 septembre 2020

Le problème n’est plus de faire que les gens s’expriment, mais de leur ménager des vacuoles de solitude et de silence à partir desquelles ils auraient enfin quelque chose à dire. Les forces de répression n’empêchent pas les gens de s’exprimer, elles les forcent au contraire à s’exprimer. Douceur de n’avoir rien à dire, droit de n’avoir rien à dire, puisque c’est la condition pour que se forme quelque chose de rare ou de raréfié qui mériterait un peu d’être dit.

Suite ≻