Le feuilleton des séries – ép. II

Deux ans après nos propres interrogations ou l’appel à raison argumenté de Kaganski sur les Inrocks, c’est au tour du mystérieux Marc Obregon de venir régler leur compte à ces séries qui empoisonnent notre vie (culturelle au moins…) sur le peu recommandable Causeur. Même si la mise sur le même plan du ou des est assez réductrice, même si les propos empruntent à une mystique plus ésotérique que réellement évocatrice, c’est une nouvelle et jouissive occasion d’affirmer le peu d’entrain avec lequel nous regardons même les « meilleures d’entre elles ». Le parallèle de Kaganski reste le plus limpide : « la différence [entre les] séries et le cinéma, c’est [comme] entre les restos qui cuisinent sur place des produits frais et ceux qui servent des plats pré-cuisinés ou surgelés ».

[via]