Depuis les débuts de ce blog et de ma cinéphilie, c’est l'un des cinéastes qui suscitent en nous le plus de respect et d’admiration. La vénérable cinémathèque vient de mettre en ligne une , animée par , rembobinements inclus, que le maestro a donnée à l’occasion des cinquante ans du lieu et d’une projection de l’incroyable Il était une fois la révolution, quelques années avant sa mort. L’occasion de remettre à sa place ce tâcheron de Bogdanovich, de subir le mépris des français de l’époque vis-à-vis du western italien et d’asséner quelques vérités toujours indispensables à entendre sur l’art de l’affabulation du cinéma.