Nous ne découvrons que maintenant le très sérieux Leonard Maltin’s Movie Guide qui est aux cinéphiles américains, si l’on en croit notre bonne source, ce que les guides Michelin ou Parker sont aux gastronomes ou aux œnophiles globalisés. Malgré sa révérence tirée en , concurrence d’IMDb, Rotten Tomatoes et consort oblige, il semble avoir été la référence pour les cinéphiles américains, couvrant à peu près l’ensemble des films disponibles sur leur territoire. Chacun d’eux se voyait attribuer une plus ou moins courte critique et une note entre une et quatre étoiles. Il est d’ailleurs intéressant de comptabiliser le nombre de films français ayant obtenu ce saint graal : on y retrouve bien le phénomène, déjà-largement constaté, à savoir que notre à l’échelle de la planète est au plus bas depuis trois décennies environ. De là à en conclure à une baisse de la de notre dans le même