En 1965, Samuel Beckett écrit et fait réaliser par Alan Schneider, metteur en scène de théâtre, son seul et unique , sobrement intitulé : Film. Histoire très beckettienne, non dénuée d’un de répétition aussi habituel dans les écrits de l’irlandais, il met surtout en scène, un an avant sa mort, un Buster Keaton saisissant dans son âge avancé. Le film tire bellement parti d’une image signée, excusez du peu, Boris Kaufman. La caméra virevoltante collée à la nuque du comédien principal sera singée et érigée en étendard par les frères Dardenne quelques décennies plus tard. L’écrivain n’oublie pas, non plus, de deviner, trente ans auparavant, l’obsession pour les petits animaux qui s’est emparée, depuis, du monde de l’.