L’annonce de la mort du fameux éditeur n’a évidemment pas manqué de nous rappeler notre jeune adolescence et tout ce que lui doit notre découverte du cinéma mal-pensant qu’il a édité, des innombrables polars jusqu’aux perles du cinéma bis, horreur, kung fu, pornoVanity fair a mis en ligne un long entretien mené avec lui en 2014, riche d’éclaircissements sur sa vie agitée et, « parfois », mise en scène. Son site de vente est toujours actif, avec les mêmes jacquettes iconiques et le même célèbre logo d’ouverture. Sans aucune nostalgie pour le format VHS, on regrette d’autant plus qu’il ait manqué le passage au numérique et au HD