Le cinéma français ne peut plus rester un ghetto

On ne peut que relayer cet appel très juste à faire sortir le cinéma français de son blanco-parigo-bourgeois. De Tarantino à Steve McQueen, jusque dans les blockbusters, les Américains commencent à comprendre l’intérêt de s’ouvrir à la de leur public. En , on a eu une tentative ratée avec Bande de filles. Mais l’ensemble de la production de notre pays ne semble pas, elle, avoir pris conscience de cette nécessité. Il nous faut abattre cette dans laquelle elle s’est enfermée.