Jeux d’anatomie

En 2015, déjà, le monde connecté était en larmes suite à la mort de Derek dans Grey's Anatomy. Aujourd’hui reprend la la plus molle de cette dernière décennie, ces jeux de sièges sans fin devenus les plus chers et les plus diffusés au monde. Et, encore, partout, la même rengaine : attention aux spoilers. Comme nous l’avions déjà remarqué, rien de plus absurde que cette phobie instaurée par une industrie chancelante. Il y a encore quelques décennies, textes de théâtre, livrets d’opéra ou partitions de musique, au contraire, étaient souvent lus avant d’assister aux représentations. Si une « œuvre » ne supporte pas d’être spoilée, elle ne mérite, surtout, pas d’être vue.