Articles de la catégorie « Ombres et lumières »

Texte4 mars 2021

Tiens ton droit

Dans les actualités obscures de cette époque qui ne manque pas d’obscurité, on apprend que l’émule purement chinoise des bâtisseurs de caméras, Kinefinity, jette l’éponge dans la course au RAW. Les conséquences de cette nouvelle ne concerneront sans doute pas n’iimporte quel quidam, mais la raison en est exemplaire : cette fonctionnalité tant convoitée ces dernières années est empêchée par… un brevet. À savoir que le grand manitou de la mercatique cinématographique, RED, a eu la lumineuse idée de déposer un tel sur l’enregistrement de données faiblement compressées.

Suite ≻

Citation7 septembre 2020

Le problème n’est plus de faire que les gens s’expriment, mais de leur ménager des vacuoles de solitude et de à partir desquelles ils auraient enfin quelque chose à dire. Les forces de n’empêchent pas les gens de s’exprimer, elles les forcent au contraire à s’exprimer. Douceur de n’avoir rien à dire, droit de n’avoir rien à dire, puisque c’est la condition pour que se forme quelque chose de rare ou de raréfié qui mériterait un peu d’être dit.

Suite ≻

Citation16 octobre 2019

La position dominante des films traditionnels, avec leurs metteurs en scène et leurs stars célèbres et leur de masse, a été une aberration de cet presque depuis commencement, causée et perpétuée par des forces économiques, historiques, essentiellement extérieures à son développement autonome.

Suite ≻

Lien25 juin 2019

Du vide et des photons

Pour combler cette situation de vacances qui peut survenir dans nos métiers fragmentés ou en cette période estivale, la CST a l’excellente idée de publier un rapport costaud sur l’état de l’ des capteurs des dernières caméras — évidemment exclusivement numériques… Le sérieux habituel de cette institution nous fait recommander l’ouvrage avant même de l’avoir consulté, pressentant qu’il va vite devenir un classique des opérateurs chevronnés.

Suite ≻

Vidéo27 mai 2019

On aurait presque envie de se réjouir d’une telle vidéo, dans laquelle la docte Natalie Portman semble capable d’en remonter à de bien moins sages rappeurs avec une aisance désarmante. Ou alors on peut y voir une navrante dérive de cette spectaculaire, dans laquelle presque tout un chacun peut incarner le rôle de n’importe quel autre. Réflexion inspirée par Benoît Bohy-Bunel et livre Symptômes contemporains du capitalisme spectaculaire sur lequel nous reviendrons vite.

Suite ≻